TEXTE / Alexandra Badéa

MISE EN SCENE / François Parmentier

AVEC / Claudine Bonhommeau, Bertrand Ducher, Gilles Gelgon , Berdine Nusselder, Nicolas Sansier, Gilles Gelgon.

CREATION LUMIERE / Willy Cessa

CREATION SONORE / Luc Saint Loubert Bié et Thierry Mathieu

CREATION DES COSTUMES / Céline Perrigon

REGIE GENERALE/ François Poppe

ADMINISTRATION / Julie Boulain


VENDREDI 8 NOVEMBRE 2019 À 14H30 / Théâtre Quartier Libre / Ancenis (44) / T. 02 51 14 17 17

VENDREDI 8 NOVEMBRE 2019 À 20H30 / Théâtre Quartier Libre / Ancenis / T. 02 51 14 17 17

MARDI 19 NOVEMBRE 2019 À 19H30 / Théâtre du Champ de Bataille / Angers (49)/ T. 02 41 72 00 94

MERCREDI 20 NOVEMBRE 2019 À 19H30 / Théâtre du Champ de Bataille / Angers / T. 02 41 72 00 94

MARDI 21 JANVIER 2020 À 20H / le Jardin de Verre / Cholet (49)/ T. 02 41 65 13 58

MARDI 13 OCTOBRE 2020 à 20H30/THV/ST Barthélemy d’Anjou(49)

Mardi 17 NOVEMBRE 2020 à 20H30/Centre culturel Athéna: Auray (56)

Festival Off Avignon (84) du 7 au 28 juillet 2021, Nouveau Grenier Avignon (Spectacle programmé au Nouveau Grenier dans le cadre de l’opération régionale Les Pays de La Loire en Avignon)

Dossier Pdf14_Je_te_regarde_files/Dossier%20JTR_ma%CC%80jSept19.pdf14_Je_te_regarde_files/Dossier%20JTR_ma%CC%80jSept19_1.pdfshapeimage_2_link_0

Saint-Barthélemy-d'Anjou. OUEST FRANCE

Je te regarde, un spectacle passionnant

Publié le 19/10/2020 à 06h00


Vu

Science-fiction ou réalité ? On pouvait se poser la question, mardi soir, au THV, pendant la pièce, Je te regarde d’Alexandra Badéa, interprétée par la compagnie nantaise les Aphoristes. Cette pièce est une succession de monologues dits par quatre personnages.

Un employé de multinationale, qui, avec son casque de réalité virtuelle, épie une subordonnée qui vit de l’autre côté de la planète et dont il devient fou amoureux.

Une jeune cadre dynamique et jalouse, qui suit son mari à l’aide de multiples applications sur son téléphone et son ordinateur. Un agent de sécurité d’aéroport à qui on impose un système de surveillance numérique qui lui ôte tout pouvoir décisionnaire. Et une gardienne de prison qui guette les faits et gestes d’un prisonnier dont elle devient amoureuse, et qui partage sa vie sur les réseaux sociaux.


Chacun se raconte derrière son écran de plexiglas, (scénographie inventée avant le Covid) dans un décor où la transparence prime. Une pièce qui alerte sur les dangers de notre civilisation, où l’humain serait dépossédé de lui-même ? Sans doute, mais pas que, et tout sauf didactique.

Avec intelligence, l’auteure déploie les destins séparés de ses personnages en proie à leurs fantasmes, pour les faire se rejoindre, à la fin, dans un événement dramatique inattendu mais plausible. La mise en scène de François Parmentier éclaire le texte passionnant, solidement documenté, qui arrive à la fois à créer du suspense, être drôle, et faire réfléchir. Les acteurs sont à l’unisson. Le public, conquis, a longuement applaudi.